Lousonna - Lausanne antique

Jamais vraiment oubliée...

La présence de vestiges à Vidy a sans doute toujours été connue. Mais ce n’est qu’à partir du 15ème siècle que les écrits mentionnent des « vieux murs », de « vieilles masures » ou des « murailles ». Dès le 16ème siècle, les Bernois, qui occupaient alors le Pays de Vaud, y recherchent des « oeuvres d’art ». L’une de ces trouvailles, découverte en 1739, n’a pourtant pas rejoint les collections du Musée historique de Berne, probablement en raison de son poids important ; il s’agit d’une inscription sur pierre qui révèle le statut juridique de la ville antique, un vicus, et son nom : LOVSONNA.​



...et désormais fouillée

Il a fallu attendre le début du 20ème siècle pour que soient entreprises les premières fouilles de Lousonna. Menées par Julien Gruaz, elles ont mis au jour une villa et un aqueduc à l’emplacement de l’actuel cimetière du Bois-de-Vaux ainsi qu’un important entrepôt près du port antique. ​



En 1936 un petit musée est construit sur les vestiges d’une riche habitation fouillée deux ans auparavant. Le terrain a été racheté par l’Association du Vieux-Lausanne avec l’aide du Conseil communal et de la commune de Lausanne, conscients de l’importance du site et désireux de le préserver. Destiné à abriter les collections d’objets découverts à Vidy mais aussi à protéger des fresques conservées in situ, ce musée a été remplacé par l’actuel Musée Romain de Lausanne-Vidy, ouvert en 1993.



Une surprise de taille

Entre 1935 et 1939, le coeur du vicus est dégagé sur environ 2,5 hectares par l’architecte lausannois Frédéric Gilliard, qui dresse le premier plan de Lousonna. En 1960, la construction de l’autoroute Lausanne-Genève révèle l’ampleur de l’agglomération antique. Réalisées dans l’urgence, les fouilles, conduites pour le compte de l’État de Vaud par le Service archéologique des routes nationales durant seulement sept mois, n’ont permis de dégager que les couches archéologiques superficielles, déjà riches en découvertes. Deux ans plus tard, à l’occasion d’aménagements en vue de l’Exposition nationale de 1964, des sondages sont effectués sur la plaine de Vidy à l’est du cours du Flon. Si l’importante étendue du vicus en direction de Genève avait été une surprise, la découverte de vestiges antiques de l'autre côté du Flon en est une autre !​​



La promenade archéologique

Après l’exposition éphémère de 1964 qui avait recouvert certains vestiges, le Conseil communal de Lausanne vote les crédits nécessaires à l’aménagement d’espaces verts sur les terrains précédemment occupés. Gilbert Kaenel, archéologue, est chargé par l’Association Pro Lousonna et la Commune de Lausanne d’établir un projet d’aménagement d’une Promenade archéologique. ​




Dès 1972, les travaux débutent dans l’optique de restaurer les vestiges et de symboliser l’organisation urbaine antique à l’aide de matériaux modernes. Des fouilles archéologiques d'envergure en de nombreux points de la ville antique ont depuis permis d'en affiner la compréhension architecturale et chronologique et de compléter le plan du vicus de Lousonna.