Lousonna - Lausanne antique

Le théâtre


À la fin des années nonante, un projet immobilier situé à l’avenue des Figuiers implique d’importants travaux de terrassement. Ces travaux permettent de mettre au jour, à plus de trois mètres de profondeur, les vestiges d’un quartier d’habitations ainsi que d’un théâtre gallo-romain, édifice dont la présence était insoupçonnée à Lousonna jusqu’alors.

Le théâtre a été construit à l’est du Flon, en périphérie de l’agglomération ; ce choix, particulier, s’explique par la topographie du lieu qui présente des pentes et une cuvette naturelles. Cela a permis l’installation de l’édifice, au début du 2ème siècle de notre ère, sans avoir à recourir à d’importants travaux d’aménagement du terrain. La pente de la cavea – partie où se trouvent les gradins sur lesquels s’assoient les spectateurs – est très faible en comparaison des autres théâtres du même type connus en Gaule et ses dimensions, à peine 60 mètres de côté, restent modestes.​



Plan du théâtre, l'emplacement du bloc portant une inscription de la corporation des charpentiers est marqué en rouge.

Contrairement aux théâtres romains bien connus, l’édifice gallo-romain de Lousonna présente quelques particularités : ses gradins sont droits, il est de forme polygonale plutôt qu’arrondi, et l’orchestra – espace semi-circulaire au-devant de la scène qui pouvait accueillir une partie du spectacle – est presque entièrement occupée par la scène dans notre cas. Sa découverte n’en demeure pas moins remarquable et Lousonna rejoint le groupe restreint des quatre agglomérations gallo-romaines de Suisse possédant un édifice de spectacle.

Une inscription mentionnant les tignarii – la corporation des charpentiers – a été découverte, elle est à considérer comme un marquage au sol dont la fonction était d’indiquer les emplacements réservés à l’installation de sièges pour quelques notables du vicus. En effet, il est très probable que cette corporation ait participé à la construction du théâtre, que ce soit financièrement ou matériellement, puisque le charpentier gallo-romain (tignarius ou faber) savait également travailler la pierre.



Bloc de gradin avec inscription mentionnant les charpentiers (tignarii). Laurent Flutsch, Passé présent, Lousonna ou l'Antiquité d'actualité, 2004.