Lousonna - Lausanne antique

La basilique

Une exception…

Il est exceptionnel de trouver une basilique dans un vicus mais c’est pourtant le cas à Lousonna ! La basilique occupe un des côtés de la place publique, tournant le dos au lac dont elle est distante de quelques mètres. Il s’agit d’un large espace couvert qui abrite les activités commerciales, financières, judiciaires et parfois politiques. C’est peut-être en raison de l’importance commerciale irréfutable de Lousonna, véritablement point de rupture de charge des bassins rhodaniens et rhénans et située au carrefour d’axes commerciaux reliant d’une part, par le col du Grand-Saint-Bernard, l’Italie à la Gaule et, d’autre part, par la vallée du Rhône, la Méditerranée à la Germanie, qu’une basilique à été édifiée dans ce vicus.



Carte des réseaux routier et hydrographique sur territoire suisse à l'époque romaine.

Bien que le plan de la basilique de Lousonna diffère passablement des standards que l’on retrouve à travers l’Empire avec leur(s) abside(s) et leurs nefs multiples, les activités qui s’y exerçaient devaient être plus ou moins semblables. Dans l’espace, habituellement absidial, à l’extrémité du bâtiment, se trouve le tribunal, où sont jugés les procès. Cet espace pouvait probablement aussi servir de lieu de réunion du conseil municipal. La basilique devait également abriter le bureau du délégué des autorités d’Aventicum (Avenches), desquelles dépend Lousonna. Sur ce même principe, Aventicum dépend, dès l’année 89, de la capitale de Germanie supérieure, Mogontiacum (Mayence), qui elle-même dépend de Rome.



Plans comparés de différentes basiliques de Suisse.

…faite dans les règles de l’art romain

Vitruve, un architecte romain du 1er siècle avant J.-C. nous donne de précieuses informations pour restituer l’apparence de la basilique grâce à son traité d’architecture qui nous est parvenu. Nous pouvons alors estimer la hauteur des colonnes en fonction de leur section. Ainsi un chapiteau de style éolo-corinthien de 86 centimètres de diamètre laisse suggérer une colonne d’une hauteur théorique de neuf mètres. De même, le rapport 2/3 préconisé par Vitruve pour calculer la section d’une colonne sur un mur de fondation s’applique aux bases maçonnées d’un mètre et demi de côté visibles dans la grande halle de la basilique et définit un diamètre de colonne d’un mètre, diamètre qui définit, tout comme le chapiteau, une hauteur de colonne de neuf mètres. L’ensemble de ces calculs de proportions permet de restituer un bâtiment massif dont la largeur équivaut à la hauteur, qui est contenue trois fois dans la longueur.


Commerces de toutes sortes

La grande halle à deux nefs séparée par une colonnade servait assurément de bourse de commerce où les grossistes négociaient les prix de leurs marchandises fraîchement arrivées à Lousonna avec les détaillants qui vendaient ensuite les produits aux habitants dans leurs tabernae – des boutiques –.

Quatorze locaux – boutiques ou bureaux – prennent place le long de la basilique; si certains étaient les sièges de corporations actives à Lousonna, d’autres pouvaient abriter les activités de banquiers ou de prêteurs sur gage, des échoppes d’artisans divers comme celle du pistor (le boulanger), du macellarius (le boucher) ou encore du tonsor (le barbier)…

Cette basilique monumentale, qui domine largement les autres édifices de l’agglomération, constitue le point fort de l’image urbaine de Lousonna. Visible de loin par la batellerie du Léman, elle conférait au vicus un prestige certain.


Une politique bien rôdée

Chaque vicus de la cité des Helvètes dispose d'une certaine autonomie administrative; cependant, en l'absence d'une véritable organisation municipale, ce sont deux magistrats d'Avenches – duoviri coloniae Helvetiorum –, élus pour une année qui, tels des consuls romains, exercent le pouvoir sur l'ensemble du territoire helvète, aussi bien sur les questions politiques, administratives, judiciaires et même religieuses. Ils président au conseil des décurions, sorte de sénat composé de cent membres désignés à vie. 

Ces autorités accordent tout de même aux vici le droit d'organiser eux-même certains aspects de la vie locale. À Lousonna, deux curateurs élus pour une année président aux habitants du vicus – les vicani Lousonnenses –. Ces curatores exercent des compétences limitées dans plusieurs domaines tels que les finances, la justice, la police, les cultes et l'octroi d'honneurs aux citoyens méritants.  

L'un de ces curateurs de Lousonna nous est connu, il s'agit de Publius Clodius Primus. Celui-ci à revêtu la charge de curateur au moins deux fois mais était également le président des citoyens romains en Helvétie – curator civium Romanorum conventus Helvetici –. Cette association de citoyens avait certainement pour mission de défendre les intérêts des habitants de l'Helvétie qui avaient reçu le droit de cité auprès des autorités locales. 

Une autre fonction politique, mais également religieuse, est connue à Lousonna; celle de sévir augustal. Cette semi-magistrature s'applique aux membres d'un collège – principalement des affranchis – chargés d'organiser le culte de l'empereur. Grâce aux divers charges et honneurs que comportait cette fonction, elle permettait à ces anciens esclaves désormais libres de gravir les échelons de la société.